Chirurgie mammaire (mammoplastie) à Toulouse - Dr Jacques Saboye

RÉDUCTION MAMMAIRE (HYPERTROPHIE)

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important, par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins, une ptose mammaire. L’hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel, des douleurs cervicales, des épaules et du dos, une gêne pour la pratique des sports, des difficultés vestimentaires. Il existe aussi fréquemment un retentissement psychologique notable. Les troubles physiques et psychologiques justifient une prise en charge par l’assurance maladie sous certaines conditions en particulier le poids estimé en préopératoire de la résection future. Ce poids doit être estimé supérieur à 300 grammes de glande mammaire qui seront retirés dans chaque sein. L’intervention de réduction mammaire consiste en l’ablation du tissu glandulaire en excès. ce qui est conservé est finalament plus important que ce qui est enlevé car il faut conserver un volume en harmonie avec la silhouette de la patiente et conforme à ses désirs. Ce volume glandulaire résiduel est remodelé. L’enveloppe cutanée doit ensuite être adaptée. Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà, pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible ainsi qu’un allaitement, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.

Prendre rendez-vous

Consultation pour une réduction mammaire (hypertrophie)

L’interrogatoire portera sur les motivations de la patiente, les douleurs dorsales ressenties, sa gêne psychologique, ses souhaits, ses antécédents, comme les pertes de poids, les grossesses et les allaitements. Il sera suivi d’un examen clinique précis par le chirurgien qui prendra en compte tous les paramètres qui font de chaque patiente un cas particulier. La taille, le poids, la morphologie thoracique et mammaire, l’importance de l’hypertrophie et de la ptose associée, la qualité de la peau, la présence de vergetures, la taille des aréoles, l’existence de troubles de la sensibilté, sont des éléments qui vont permettre de définir un projet thérapeutique. C’est cette analyse anatomique qui permettra de choisir la technique chirurgicale de correction de l’hypertrophie mammaire la plus appropriée.

Type d’anesthésie pour une réduction mammaire (hypertrophie)

Un bilan pré-opératoire est demandé et le médecin anesthésiste sera vu en consultation car l’intervention pour réduction mammaire est réalisée sous anesthésie générale. La consultation anesthésique est une obligation légale, elle doit avoir lieu au plus tard 48 heures avant la chirurgie. Cette consultation permet également à l’anesthésiste d’expliquer à la patiente candidate à une diminution mammaire les possibilités d’anesthésie loco régionale thoracique. Les progrès de l’anesthésie permettent d’obtenir une anesthésie de toute la région mammaire pendant plusieurs heures après la fin de l’intervention chirurgicale. Il s’agit d’un grand confort pour les patientes, la disparition des douleurs en postopératoire immédiat est un grand progrès pour cette chirurgie de diminution mammaire, réputée douloureuse à tort.

Indication opératoire pour le réduction mammaire (hypertrophie)

C’est l’examen clinique précis par le chirurgien ayant pris en compte tous les paramètres anatomiques et les souhaits de la patiente qui permet de définir l’indication opératoire. Le volume devant être enlevé pendant la réduction mammaire et le volume estimé résiduel permettent de définir approximativement ce que seront les seins en post opératoire. Le choix du mode opératoire, de la technique, des cicatrices futures a été fait d’un commun accord avec la patiente. C’est le volume de glande résiduel en post opératoire qui permet de définir l’aspect esthétique du sein futur, et c’est le volume estimé de glande réséquée, enlevée qui permet d’évaluer la possibilité d’une prise en charge par l’assurance maladie ou pas.

Technique de la réduction mammaire (hypertrophie)

Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. On peut cependant retenir des principes de base communs. L’incision cutanée, la « voie d’abord » est le plus souvent en forme d’un T inversé avec trois composantes : péri-aréolaire au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche, verticale, entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous-mammaire, horizontale, dissimulée dans le sillon sous-mammaire. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l’importance de l’hypertrophie et de la ptose. Si l’hypertrophie et la ptose sont modérées, on peut réaliser une méthode dite « verticale » qui permet de supprimer la cicatrice transversale dans le sillon sous-mammaire et de réduire la rançon cicatricielle à ses composantes péri-aréolaire et verticale. La glande mammaire en excès est réséquée, puis la glande restante est suturée sur elle même à partir des piliers glandulaires latéraux pour redonner forme et projection au seins. La peau en trop est enlevée et les sutures finales réalisées.

Déroulement de la réduction mammaire (hypertrophie)

Quelques jours avant une chirurgie pour réduction mammaire, une consultation auprès d’un anesthésiste a été organisée. Elle a lieu au plus tard 48 heures avant la chirurgie des seins. Un bilan préopératoire a été prescrit. Tabac et aspirine ( Kardegic°) ont été arrêtés. L’entrée en clinique a lieu le matin même de la diminution mammaire. Il faut arriver à jeun strict depuis plus de 6 heures. L’intervention a lieu au bloc opératoire en zone stérile, sous anesthésie générale. Un complément d’anesthésie loco régionale thoracique est réalisé en début de chirurgie. Il permettra d’éviter la douleur pendant plusieurs heures après la fin de la réduction mammaire. La chirurgie va durer une heure trente environ. Une fois l’intervention terminée, la patiente est accueillie pour surveillance en salle de réveil, salle post interventionnelle, pendant deux à trois heures. Ensuite seulement elle regagne sa chambre quand les effets de l’anesthésie ont totalement disparu. Elle pourra quitter la clinique le soir même ou le lendemain matin, c’est surtout l’éloignement, la présence de famille ou non, qui permettront de prendre la décision sur la sortie de clinique.

La convalescence après une réduction mammaire (hypertrophie)

Les suites immédiates sont simples, il n’y a pas de véritables douleurs, car il y a le bénéfice de l’anesthésie loco réginale thoracique qui persiste plusieurs heures. Parfois un petit drain peut être mis en place. C’est un dispositif destiné à évacuer le sang qui pourrait s’accumuler dans les seins. Il est alors enlevé soit le soir même soit le lendemain. Une fois passés les effets de l’anesthésie loco régionale thoracique, les douleurs sont rapidement inexistantes pour une diminution mammaire. Un traitement antalgique, adapté à l’intensité des douleurs, est prescrit pour quelques jours. Des oedèmes, des ecchymoses, et une gêne modérée à l’élévation des bras sont fréquents les premiers temps. Un soutien- gorge est recommandé nuit et jour pendant six semaines environ. Le pansement est retiré au bout de 15 jours. Les fils de suture sont retirés en même temps. Il convient d’envisager une convalescence avec interruption d’activité pendant une semaine environ. Tous les désagréments vont disparaitre progressivement, permettant le retour à une vie socio-professionnelle normale après quelques jours, 7 à 15 jours en général. Une activité sportive est possible aprés deux ou trois mois.

Résultats de la réduction mammaire (hypertrophie)

Un délai de plusieurs mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif d’une réduction mammaire. C’est le temps nécessaire après la correction de l’hypertrophie des seins pour qu’ils retrouvent leur souplesse. L’intervention aura permis une amélioration de la forme et de la projection de la poitrine. La poitrine aura alors le plus souvent un galbe harmonieux, symétrique ou très proche de la symétrie, et naturel. Les cicatrices sont habituellement assez discrètes.Il y aura une répercussion sur la silhouette globale, car souvent le poids thoracique des seins entrainait une attitude voutée qui disparait après la chirurgie de réduction mammaire. Au-delà de ces améliorations physiques locales, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.

Envoyez un mail

Votre message a bien été envoyé

*Les champs sont obligatoires
J'accepte que le site utilise ces informations pour répondre à ma demande

Contact

Du lundi au vendredi
De 8h30 à 19h00

Tél. : 05 61 53 80 80

Fax : 05 61 25 86 85

Numéro d’urgence : centre 15 (SAMU)

Par mail :
secretariat@chirurgie-esthetique-busca.fr

Commentaires